vogueCette photo a fait le tour de la blogo et fait un buzz monstre depuis sa parution.

Et bizarrement, je m'en vais te parler de nos lolitas bien à nous. De nos cacahuètes hautes comme trois pommes et demi et qui déjà réclament le petit haut moulant de Lily-Rose (non, pas la marque de pompe, mais sa copine de récré) ou des talons qui feraient pâlir de jalousie Suri Cruise.

 

 

En soit, cette photo me laisse perplexe. C'est son métier, c'est à sa mère (et à son père) de savoir dire stop. Quand on jouait à Maman et qu'on se barbouillait la tronche en mettant les talons aiguilles de nos mères, personne ne gueulait au scandale quand bien même ces photos faisaient le tour de la famille. C'était du jeu. Point.

 

Par contre, une gamine de huit ans qui s'habille comme une ado en chaleur (pour rester polie), ce n'est pas du jeu. Quand elle met un string et le laisse transparaître de son "miss sixteen taille basse", ce n'est pas un jeu. Quand je vois des mini-minettes juchées sur des talons à cinq ans, des mini-jupes et des ensembles bikini pour petites filles, j'ai froid dans le dos. On peut être modeuse à cinq ou huit ans sans pour cela ressembler à Barbie fait le trottoir.

 

Le monde tourne à l'envers !

On s'offusque d'une photo de mannequin (et j'insiste, cette gamine est mannequin) dans Vogue (et pas playboy) et on regarde avec des larmes de tendresse dans les yeux nos fillettes s'habiller comme des mini-putes.

Vous me trouvez crue ? C'est normal !

Avant de critiquer la demoiselle de Vogue, rhabillez vos filles en filles et selon leur âges. Apprenez à votre pomme que cette petite fille est mannequin, qu'elle ne s'habille pas comme ça dans la vie.

 

Et deux petites précisions comme ça en passant (Parce que la culture, c'est comme la confiture...) :

- La lolita de Nabokov (celle qui a donné son nom à ces fillettes), elle couche avec Humbert Humbert, elle ne fait pas juste son défilé de mode devant son miroir. Dés le début Humbert Humbert dit être attiré par les nymphettes et qu'il se marie avec la mère de Dolorès (vrai nom de Lolita) pour pouvoir rester avec sa nymphette. Ça ne vous rappelle rien ? un truc comme de la pédophilie par hasard ? On est loin des petites filles habillées en adultes pour faire joli.

- Le titre de ce billet n'est pas une coquille. Nonita est le titre d'une nouvelle d'Umberto Eco où Umberto Umberto (si je ne me trompe pas) raconte sa passion débordante pour les grand-mères, les "nonita", à la façon d'un Humbert Humbert décrivant sa passion pour les petites filles.

 

Allez-y, lynchez-moi car je pense différemment de la masse populaire, je suis habituée.