murmuresAprès le Coeur cousu, Carole Martinez nous offre enfin un deuxième livre.

 

Petit résumé :

"En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire « oui » : elle veut faire respecter son vœu de s’offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe.
Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et son souffle parcourra le monde jusqu'en Terre sainte.
Carole Martinez donne ici libre cours à la puissance poétique de son imagination et nous fait vivre une expérience à la fois mystique et charnelle, à la lisière du songe. Elle nous emporte dans son univers si singulier, rêveur et cruel, plein d’une sensualité prenante."

 

Sans être une copie du premier, il en reste très proche dans ses thèmes. On y retrouve la narratrice solitaire (Esclarmonde/Soledad), la fuite vers un inconnu pas forcement glorieux (Frasquita/le Châtelain des Murmures), etc.

Ce roman est tout aussi agréable à lire que le coeur cousu. Le libraire m'avait prévenue que ce serait différent, que le sujet n'était pas le même, blablabla. Une fois fini, j'étais un peu déçue, le sujet est différent, d'un côté une emmurée de l'autre une mère capable de coudre l'avenir de ses enfants. Mais comme je viens de le dire, le thème central reste quand même la solitude. Esclarmonde est (presque) seule dans son cloître mais voit passer du monde quand Frasquita voit passer du monde mais est seule dans sa vie.

 

Je serai ravie que Carole Martinez décroche le Goncourt avec ce titre mais ma préférence va à son premier livre.