Depuis 2 ans que je traîne ce blog sur la blogo-maman, j'ai vu la blogo changer.

Les débats virulents, il y en a toujours eu et il y en aura toujours.

Des départs avec claquage de porte aussi.


L'univers des Bisounours, n'est pas sur la blogosphère mais ça, vous finissez par le savoir.

 

Par contre, depuis un certain billet lu sur SoBusyGirl, je me pose la question des mères 2.0. Ces mères qui passent un temps fou sur le net.

J'en ai trouvé plusieurs catégories :

La Soft : Cette maman a de la chance. Elle arrive à dissocier le vrai du faux. Elle sait faire le tri entre les "bons" et les "mauvais" conseils. Elle sait ce qu'elle veut et ne succombe pas aux différents courants qui règnent sur la blogo-mum (allaitement, couche lavable, parentalité positive*, etc), elle y pioche ce qui lui correspond.

La Stressée : Elle veut tellement bien faire, qu'elle suit tout ce que les bloggueuses reconnues lui dictent : Allaiter longtemps, mettre des couches lavables, faire un congé parental de plus d'un an, ne jamais crier sur son enfant, ne jamais lui coller une claque sur la couche**, toujours utiliser une écharpe pour le bébé, etc. Autant de conseils qui la stressera encore plus. Soit elle pétera un câble soit elle ouvrira les yeux et comprendra que elle seule sait ce qui est bon pour son enfant.

La Suiveuse : Quoi qu'elle pense, quoi qu'elle dise, ce sera toujours en accord avec sa bloggueuse préférée. A du mal à penser par elle même, pensera toujours à sa bloggueuse chérie avant de parler/d'écrire.


La Meneuse : Bloggueuse qui s'auto-proclame influente ou qui est appelée comme telle par une partie de son lectorat. On la reconnaît rapidement, quand un "non-initié" ose prendre la parole, et qu'elle n'est pas d'accord avec ce qui est dit, tout un tas de suiveuse lui tombera sur le râble. Et si quelqu'un soutient le point de vue du "non-initié" alors s'en mangera tout autant.

 

La Mère surbookée : Elle n'a jamais le temps de jouer avec son enfant, se plaint que son enfant est insupportable, qu'elle n'a le temps de rien...sauf que...sauf que...Elle alimente ses comptes facebook, twitter, instagram, pinterest, blog, etc toutes les 5 minutes. Sans se rendre compte que le temps devant le PC est du temps perdu.

 

Et c'est là que je veux en venir. Je suis une mère 2.0. Je suis passée par toute les étapes du dessus (sauf l'influente, désolée d'être celle qui aime mettre un coup de pied dans la fourmilière).

D'abord sur les forums à suivre les "grandes" celles qui ont des enfants et qui "savent", je suivais tout à la lettre (La Suiveuse). Et là, j'ai fait une sorte de baby blues. Je n'y arrivais pas. Mon résultat était toujours loin de ce qu'elles arrivaient à faire. J'ai raccroché mon ordinateur un temps. Ça a de suite été mieux.

J'ai repris mon PC et ai rouvert un blog. Ça m'a pris du temps, beaucoup de temps. Trop de temps. Je n'avais plus le temps de rien : de jouer, de lire une histoire, de faire du repassage (La mère surbookée). Et là encore, j'ai craqué. J'ai pété un plomb. Et j'ai disparu de la blogo pendant un temps.

Depuis, je suis avec parcimonie ce qui se dit sur l'éducation, la propreté, etc. Piochant ce qui me plaît et qui le semble réaliste. Des choses qui ont fonctionner d'autres non (La Soft). Je blogue sur mon jour de repos, pendant la sieste. Le PC n'est, ce jour-là, allumé que de 14h à 17h environ. Je check mes mails tous les jours certes, mais ne prends le temps d'y répondre que ce jour-là. Parfois, bien sûr, je blogue le soir et le matin mais seulement quand Didi et Monsieur Pinpin sont absent (ou au dodo).

J'ai enfin réussi à dissocier la mère de la mère 2.0. Je deviens schizophrène, je porte deux casquettes.

D'un côté la maman réelle, celle qui passe l'aspirateur, chante des comptines, donne le bain, joue aux petits poneys, qui gronde. La maman qui n'hurle plus au moindre pet de travers, qui ne se cache plus pour pleurer car "c'est trop dur".

De l'autre la maman virtuelle, celle qui tripatouille le code son blog, râle qu'unetelle a dit ci, rit qu'une autre a fait ci. Celle qui cherche des idées de billets qui ne suivent pas le truc du moment, celle qui fait des jeux en ligne, celle qui aime recevoir un mail pour tester un produit ou une invitation, celle qui petit à petit retrouve le plaisir d'écrire. La maman qui n'a plus mal à la tête d'être restée trop longtemps devant l'écran, qui ne pense pas qu'au côté virtuelle en oubliant sa poupette et son mari.

La combinaison des deux mamans est explosif : Merde alors ! Il restait une femme là-dessous ! Une femme qui arrive de nouveau à se voir comme telle. Qui se remaquille, s'achète de nouvelles fringues, qui va de nouveau sport (même si avec Noël, j'y suis moins allée), qui met des talons.

Bref, la mère réelle a repris le dessus sur la virtuelle, je suis toujours là sur ce blog mais moins présente. Je suis plus déconnectée (et décontractée) qu'avant. Maintenant, quand Didi fait sa coquine, je rigole, j'en rajoute et c'est parti pour un concours de grimace.

2011 et 2012 n'y sont pas pour rien. Trois décès en 18 mois, ça vous reconnecte avec la réalité et vous révèle que la vie n'est pas derrière un écran, que la vie est là, à porté de main, qu'il faut juste savoir où regarder et saisir le moment présent :

 

faire son lit(concours de grimace pendant qu'on tente de faire le lit)

 

faire sa lessive(Tu crois vraiment que je vais te laisser vers la lessive ?)

(Il est beau mon panier à linge, hein ?)

 

Mère 2.0 : oui, mais pas que.

Et vous ? Quel est votre degrés de connection ? Trop ? Pas assez ?

 

*Parentalité positive...quel beau terme pour pas grand chose. Faudrait que j'en cause un jour.

**Claque sur la couche, car oui, Didi a déjà reçu des claques sur la couche (vide je vous rassure) et elle ne s'en porte pas mal, merci.