Les objets fait-main c’est bien mais avant d’arriver à un résultat, il faut travailler. Et pour cela, la pâte à modeler c’est le top.

On travaille la motricité et la vision dans l’espace en plus de l’imagination.

La motricité :

  • prendre la pâte, la malaxer, la couper, la rouler et tout ça, ça s’apprend :

motricite-pate-a-modeler

(on écrase, on étale, on fait des crêpes)

 

 

  • rouler minutieusement un serpentin pour obtenir un escargot :

escargot

(« oh ! un escargot !! »)

 

La vision dans l’espace :

  • C’est où le bras ? Où se place la jambe ? On refait Pinpin !! Quelques serpents plus tard  :

 

pinpin-voit-double

(J’suis douée, hein ? Mais si on reconnait Pinpin !!)

Au bout d’un moment, l’enfant se lasse (ça a quand même duré 45min cette affaire) et demande un truc à sa maman et quand on est en phase scato-anale, plus connue sous la phase pipi-caca, je vous laisse deviner ce que j’ai du modeler :

caca-slump

(il est pas mignon mon caca ? Et celui-là, il ne pue pas !)

 

Mais…mais…c’est un caca slump !! pour mémoire, voici l’original :

caca-slump2

 

Après, Amandine a voulu faire un pipi, là, j’ai abdiqué…faire un pipi en pâte à modeler, vous savez faire ça ? Des demandes de modelage étranges de la part de vos enfants ?